France/ Mise en place d’un pont aérien et maritime pour le Liban

France/ Mise en place d’un pont aérien et maritime pour le Liban

La France a mis en place un pont aérien et maritime afin d’acheminer plus de 18 tonnes d’aide médicale et près de 700 tonnes d’aide alimentaire vers Beyrouth après la gigantesque explosion qui a frappé au cœur la capitale libanaise, a annoncé samedi soir le ministre français des Affaires étrangères.

Le ministère a souligné dans son communiqué que le pont aérien et celui maritime impliquent huit vols et deux liaisons maritimes. Le premier vol a eu lieu, mercredi 5 août, le lendemain de l’explosion de Beyrouth, ainsi que deux voyages maritimes.

Mercredi, deux avions transportant 55 militaires de la sécurité civile, 15 tonnes de matériel d’intervention, un poste sanitaire de secours en capacité de prendre en charge 500 patients et 5,5 tonnes de médicaments avaient décollé de Roissy, près de Paris.

Le même jour, un avion affrété par le groupe CMA-CGM, un des leaders mondiaux du transport maritime, avait aussi permis d’envoyer neuf marins-pompiers et 500 kg de fret médical d’intervention depuis Marseille (sud de la France).

Jeudi, un quatrième vol a transporté 60 personnels du ministère de l’Intérieur. Vendredi, un cinquième avion parti de la base militaire d’Orléans (centre) a acheminé 11 tonnes de médicaments permettant la prise en charge de plus de 1 000 blessés, ainsi que 10 000 doses de vaccins.

Jeudi 6 août, un nouveau vol d’assistance a décollé de Villacoublay afin de projeter un détachement de 60 personnels du ministère de l’Intérieur, suivi d’un vol de fret qui a décollé ce vendredi 7 août depuis Orléans afin d’acheminer 11 tonnes de médicaments permettant la prise en charge plus de 1 000 blessés, ainsi qu’une palette de 10 000 doses de vaccins.

Le porte-hélicoptère amphibie a quitté Toulon, ce dimanche soir, avec deux hélicoptères et plus de 700 hommes et femmes à son bord. Des marins, bien sûr, mais aussi des soldats de l’armée de terre et de l’armée de l’air.

L’aide médicale s’élève à plus de 18 tonnes de médicaments, kits d’hygiène, vaccins et équipements médicaux. Elle permet de prendre en charge plus de 1500 blessés.

L’aide alimentaire se matérialise par l’envoi de plus de 663 tonnes de produits, rations et compléments alimentaires. 20 000 tonnes de blé et 20 000 tonnes de farine pourraient également être acheminées dans les prochains jours.

La France poursuit, en lien avec les autorités libanaises et les agences des Nations unies, l’identification d’autres besoins, notamment en matière de reconstruction avec la fourniture prochaine de matériaux de base comme le verre et l’aluminium.

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *