Sabri Lemouchi … la rébellion la plus célèbre du football tunisien et les accusations qui durent depuis plus d’un quart de siècle

Le nom de l’ancien joueur et de l’entraîneur actuel Sabri Lemouchi a représenté un point charnière dans l’histoire du football tunisien, et ce n’est pas seulement lié à ses compétences de footballeur et à son rayonnement qui l’ont amené à jouer dans des équipes de premier plan telles que Monaco, Auxerre et Marseille en France en plus de Parme, Inter Milan et Gênes en Italie … mais la raison est liée à sa direction de la première opération rebelle des doubles nationalités de la seconde génération d’immigrés quand il a refusé de jouer pour l’équipe nationale tunisienne et a choisi la France après une grande polémique.

La boîte noire du football tunisien révèle que ce problème n’a pas été soulevé auparavant dans les coulisses du football tunisien avant qu’il commence avec le cas de Sabri Lemouchi, qui connaissait une

remarquable montée dans le football français au début des années quatre-vingt-dix lorsque la Fédération du football l’a appelé pour participer à un tournoi amical international avec l’équipe nationale tunisienne en préparation de la coupe d’Afrique des nations de football 1994 qui a eu lieu en Tunisie. Et Depuis ce tournoi, Lemouchi n’a visité la Tunisie qu’en tant que touriste et plus jamais en tant que sportif.

Il y a eu beaucoup d’histoires et de contradictions sur la vérité de ce qui s’est passé poussant Lemouchi à boycotter notre équipe de manière permanente, et malgré les 26 ans passés, le problème n’a pas encore été résolu, bien que des histoires similaires se sont reproduites, comme le cas de Hatem ben Arfa…, ou, dans des cas inverses, qui ont choisi de jouer pour le drapeau tunisien comme Wahbi Khazri, Mouez Hassan et Fahid Ben Khalfallah, Slim ben Achour, Houcine Ragued et d’autres qui ont eu beaucoup de succès en tant que jeunes hommes en France et ont été au centre d’intérêt de la direction technique de la fédération française.

Dans ses brèves déclarations sur le sujet, Sabri Lemouchi a refusé de révéler les détails et a déclaré qu’il choisissait simplement de dire que c’est la «la destinée » comme son père lui avait dit, et a considéré qu’il a choisi de jouer pour la France tant qu’il n’a pas eu l’attention qu’il méritait de l’entraîneur tunisien à l’époque soit Youssef Zouaoui et a refusé de divulguer les détails malgré l’écoulement de plus d’un quart de siècle depuis la rébellion la plus célèbre de l’histoire du football tunisien.

Lemouchi-entraîneur a gardé son sang froid et son calme lorsqu’il a affronté la Tunisie en tant qu’entraîneur de la Côte d’Ivoire et l’a battue avec trois buts nets à “CAN” 2013 sans faire aucun commentaire de sa part.

Pour sa part, l’ancien entraîneur national, Youssef Zouaoui, a divulgué de nouvelles informations sur notre site dans une interview au cours de laquelle il a déclaré que Lemouchi avait demandé à être dispensé de participer à un match amical pendant le stage de l’équipe nationale en raison de blessures, et Zouaoui a ensuite confirmé que l’examen médical avait effectivement révélé l’impossibilité de sa participation à ce match, qui ne peut pas en tout état de cause permettre de naturaliser Lemouchi en tant que joueur tunisien dans les lois de la FIFA, car il s’agit d’une rencontre amicale et non officielle.

L’ex entraîneur de l’équipe nationale a souligné qu’il avait ensuite contacté Lemouchi, mais le joueur a refusé d’entrer dans les détails, et deux anciens membres de la fédération, Moncef Fadhli et Kamel Ben Amor en témoignent selon Zouaoui.

Selon Zouaoui, Lemouchi a déclenché une surprise de poids lourd, c’est que Lemouchi avait demandé un montant d’assurance de cinq cent mille dollars, ce qui était considéré par Zouaoui comme une condition impossible de la part du joueur, car son agent avait insinué que Guy Roux, l’entraîneur d’AJ Auxerre, avait assuré à Lemouchi qu’il ne jouerait pas avec l’équipe s’il choisissait l’équipe nationale de la Tunisie.., le jeune tunisien prometteur semblait avoir opter pour la raison qu’à l’appel du cœur.

La carrière Lemouchi a pris fin en tant que joueur au Qatar, et par la suite il est passé par plusieurs stations en tant qu’entraîneur entre l’équipe nationale de Côte d’Ivoire et la Ligue du Qatar, en plus de Rennes français, il s’est également déménagé à Nottingham Forest en Angleterre. Bien que son nom a été proposé dans les coulisses pour diriger techniquement notre équipe, ce qui est clair, c’est qu’il existe une barrière psychologique empêchant la conclusion de cette affaire,

que ce soit pour lui qu’à la fédération, tant que son nom est marqué dans l’imagination sportive populaire de refus à la lumière de récits contradictoires.

Lemouchi a choisi de représenter la France pour 12 matchs et n’a pas réussi à créer un parcours international de premier plan dans une génération qui a dominé l’Europe et le monde, mais il a déclenché une tempête de suspicion et d’histoires en Tunisie, qui a été l’occasion de se replonger sérieusement dans le dossier de recrutement de talents immigrés, qui progresse, quoique lentement, à travers le développement des politiques de travail menées depuis longtemps à ce jour ..

Une histoire qui n’a pas encore révélé tous ses secrets, sauf que la multiplicité des parties impliquées et la présence d’une forte odeur de pression et de harcèlement qui a touché l’ancien joueur, ce qui suggère que le dossier est intéressant et sera relevé avec chaque cas de naturalisation et de chasse aux oiseaux migrateurs.

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *